Coach Your Brain

Développement Personnel – Life Hacking – Organisation

Comment prendre une décision ?

Comment prendre une décision ? Cette question peut paraître anodine et pourtant.

D’après une étude Chinoise, nous prendrions près de 35000 décisions par jours. Ce chiffre fait peur mais en réalité 99,74% d’entre elles sont prise de façon totalement inconsciente.

En effet votre cerveau va prendre pour vous des décisions basiques et réflexes tout au long de la journée. Mais la question est comment décider pour les 0.26% restant.

Je vous donne des éléments de réponses dans cet article.

Le processus de décision

Face à une situation donner vous aller devoir faire un choix. Répondre à un mail ou ne pas le faire, acheter une voiture, ou ne pas le faire…

Quel que soit le type de décision que vous aurez à prendre vous serez bien malgré vous orienté par des aspects rationnels et analytique mais aussi des aspects émotionnels et votre caractère.

Ajouter à cela 2 éléments « parasites » que sont l’intuition et le temps.

Quelle que soit la décision à prendre en règle générale vous allez suivre 3 étapes :

L’analyse du problème

En quoi consiste le problème, quel est son niveau de gravité et d’urgence ? Est-il bien de ma responsabilité ? Qui sont les acteurs ? Autant de questions qui vont vous permettre d’analyser précisément le sujet, d’en délimiter les contours pour vous permettre de passer à la seconde phase du processus.

La conception

En d’autres termes il s’agit du processus par lequel vous aller créer une ou plusieurs solutions au problème. Bien souvent il s’agit de plusieurs solutions qui aboutissent plus ou moins à un choix basique : faire ou ne pas faire.

La décision

Vous jugez les solutions pesez le pour et le contre et vous prenez une décision. Le plus souvent la décision qui vous prendrez sera celle qui vous parait la plus satisfaisante. Il est donc important de comprendre qu’il y a donc une grande place d’émotionnel dans la prise de décision. En effet une solution « rationnelle » peut être écartée car jugée « inconfortable ».

Mais comment faire lorsque l’on est tiraillé ?

Il existe de nombreux outils d’aide à la décision qui vous seront d’un grand secours.

Quelques conseils

Faire un arbre des choix

Il s’agit là de poser toutes les options sur une feuille de papier. Il ne s’agit pas de décider mais bien de visualiser qu’elles sont les alternatives.

Par exemple changer de job :

A ce stade vous n’avez fait que poser les options relatives à un choix ou à un autre. La décision sera de changer ou pas de job.

Mais en visualisant l’arbre des choix que vous pouvez d’ailleurs étoffer encore plus vous sera d’une grande aide.

Pensez en Pourcentage

Le fait de convertir un certain nombre de données en pourcentage est beaucoup plus parlant que de rester sur des chiffres bruts. Cela vous montrera assez facilement ce qui est important pour vous ou non.

Par exemple quel serai le pourcentage du poids de l’argent dans une évolution de carrière ? comparez-le par exemple à poids de votre équilibre vie pro/perso. En fonction du ratio de chacune des variables vous serez plus à même de faire un choix.

Faites attentions aux biais comportementaux

Ils sont notre pire ennemi car les biais comportementaux modifient nos décisions en nous confortant dans une réalité qui n’existent pas. Lors d’un entretien d’embauche vous pouvez être malgré vous mis dans une bonne disposition parce que le candidat sort d’une école prestigieuse, et le biais de confirmation prendra alors le dessus ne laissant paraître que le positif de la candidature. Vous passerez peut-être à côté de la phrase, ou du signe comportemental qui montrera qu’en réalité ce n’est pas le bon candidat. Et inversement. Ce n’est pas parce que l’on sort d’une grande école que l’on est excellent dans le milieu professionnel et inversement. Des exemples prestigieux tel qu’Henry Ford qui a quitté l’école à 15 ans démontre le contraire.

Prenez un peu de temps pour la réflexion

Il est en général mauvais de prendre une décision importante à chaud (le coup de tête). Lorsque cela est possible je vous recommande de prendre un peu de temps pour laisser décanter les émotions. Vous serez alors plus à même de peser le pour et le contre de votre décision en toute lucidité.  Certain détail n’apparaîtront qu’a la lumière du calme retrouvé.

3 Outils d’aides à la décision

La technique du 10-10-10

Il s’agit d’une méthode d’aide de prise à la décision qui repose sur la projection de votre idée dans 3 espaces temporels.

  • Demandez-vous quels seront les impacts de votre décision dans les 10 prochaines minutes ?
  • Ensuite quels seront les impacts de votre décision dans les 10 prochains mois ?
  • Enfin, quels seront les impacts de votre décision dans les 10 prochaines années.

En fonction de l’impact que votre décision va avoir sur ces 3 espaces temporels il sera plus facile de choisir.

Par exemple quitter votre job peut avoir un impact dans les 10 minutes et tendre le climat dans votre entreprise actuelle. Mais dans 10 mois vous aurez surement une meilleure situation, vous vous serez enrichi intellectuellement par exemple. Enfin dans 10 ans ce choix vous aura peut-être permis d’accéder a un poste important.

Vue sous cet angle le moment désagréable du début sera négligeable. Votre décision sera donc probablement plus simple à prendre.

Le SWOT

Swot vient de l’anglais Strengths (forces), Weaknesses (faiblesses), Opportunities (opportunités), Threats (menaces).

C’est un outil qui permet par rapport à un sujet donner les 4 variables précédemment citées. En outre il est à considérer que les forces et faiblesses doivent être concentrée sur une dimension interne à l’organisation (entreprise, structure familiale…) par opposition aux opportunités et menaces qui relèves d’une dimension externe à l’organisation (l’environnement, les concurrents…).

L’idée est donc de lister dans chacune des cases les éléments en liens avec la prise de décision à laquelle vous êtes confronté.

Le gros avantage de l’outil c’est qu’il est visuel. En effet le fait de voir les choses est rassurant. Vous avez ainsi une vue d’ensemble sur votre problématique. Vous pouvez me croire sur parole, c’est beaucoup plus confortablement pour prendre une décision.

Il est cependant important de prendre en considération chaque élément dans une dimension temporelle. Car une menace à un instant T ne le sera peut-être plus dans plusieurs semaine, mois ou année.

Pour une meilleure efficacité de l’outils il est important de le focaliser sur une problématique très spécifique afin de ne pas rester sur une vision généraliste qui ne donnera que des résultats généraliste et donc peu pertinent sur la prise de décision.

La matrice d’Eisenhower

Il s’agit d’une grille assez simple à comprendre :

La prise de décision étant intiment lier à l’état émotionnel, mieux vaut être calme et serein. L’idée de prioriser les tâches en fonction de leur degré d’urgence et de leur importance. Ainsi vous serez en mesure de vous affranchir de la dimension temps et du stress associé.

En priorisant vos tâches, vous améliorez votre état émotionnel. Ainsi la prise de décision est plus simple et plus clairvoyante.

C’est un outil que vous retrouvez dans bon nombre de solution de productivité dont Beesy que je vous recommandais il y a quelques semaines.

Sebastien Corlouer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page